Tél:(418) 831-1929
info@psn3.com

Infos utiles

Bibliographie Choix de son arbre Conditions de vente Lexique Liens Plantation Rusticité

Guide de recherche

Afin d'éviter des surprises désagréables (arbres devenant gigantesques à coté d'une maison), il est nécessaire de choisir des espèces adaptées à l'espace dont elles disposeront à maturité. Pour cela, il est indispensable de connaître les dimensions adultes des végétaux. Il faut bien garder en mémoire qu'à 25 ans un arbre fait déjà environ la moitié de sa hauteur adulte.

Les arbres sont souvent obligés de partager leur espace vital avec les installations des services publics: électricité, téléphone, eau, gaz. C'est pourquoi il faut choisir avec soin l'espèce et l'emplacement des arbres que l'on désire mettre en terre. Il est également important de vérifier les règlements municipaux puisque certaines essences comme l'érable argenté, le peuplier et le saule sont interdits à cause de leur système racinaire envahisseur qui peut endommager les services publics et les fondations des maisons.

Les arbustes eux-mêmes peuvent atteindre des hauteurs allant de 0,50 m à 2 ou 3 m, soit la hauteur d'un étage (en tenir compte devant une fenêtre par exemple). Ils vont dans tous les jardins.

Les arbrisseaux atteignent 6 à 8 m., les petits arbres 10 m. environ. C'est la hauteur d'une maison. Ces deux catégories ont déjà une silhouette d'arbre, mais leurs dimensions limitées les rendent tout à fait adaptés aux jardins moyens, de 500 à 1500 m2 . Une taille légère pratiquée régulièrement (comme pour les arbustes) peut limiter leur hauteur.

Les arbres à moyen déploiement, atteignant 15 m. une fois adultes, pourront trouver leur place à partir de 1500 m2 environ, en quantité limitée.

Les arbres à grand déploiement qui dépasseront les 15 m, seront hélas proscrits de la plupart des jardins particuliers, à moins de disposer de plus de 2500 ou mieux 5000 m2 Ce sont souvent les plus fascinants par leur stature, ils peuvent en effet couvrir plus de 500 m2 au sol (certes à un âge déjà avancé...). Leur masse imposante demande un certain recul pour en profiter. Ces arbres ne devront pas être plantés à moins de 5 m. de distance d'autres de la même espèce et à moins de 10/15 m. d'arbres d'autres espèces (compter même 20 m. si l'on veut laisser l'espace nécessaire à leur plein épanouissement). Ces distances peuvent paraître immenses quand il s'agit de jeunes arbres, mais il faut toujours imaginer l'arbre adulte. Au besoin, visitez un parc ancien ou un arboretum (musées vivants de l'arbre) et prenez les mesures et écartements des arbres qui vous intéressent, vous serez surpris.

Pour remplir un espace semblant trop vide dans les premières années, on peut utiliser des arbustes, qui ont souvent une croissance plus rapide, mais qui n'entreront pas en concurrence avec l'arbre. Ou encore planter des arbres à croissance rapide et de faible valeur qui seront "sacrifiés" le moment venu. Ne pas tenir compte de ces critères obligera à recourir à l'abattage 15, 20 ou 30 ans plus tard, d'arbres en pleine croissance que vous aviez pourtant plantés avec tant de soins... Combien de cèdres ont subi ce triste sort? Recourir à l'élagage? Outre le fait qu'il détruise définitivement l'esthétique de l'arbre, il doit être reconduit périodiquement (l'arbre n'arrêtera jamais de grandir) et fragilise sa structure (vent, pourriture du bois,...) et, au contraire de ce que l'on entend souvent, cela ne lui fait pas "du bien". Il est absolument proscrit sur la plupart des conifères.

Dernier conseil: évitez de planter en "rang d'oignons", surtout les haies variées, mais jouez avec les hauteurs, les formes, les textures, les couleurs, les distances, en vous inspirant du paysage environnant, pour vous rapprocher de l'aspect "naturel", de loin le plus harmonieux.


Guide de recherche